Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

  • : A votre écoute pour une aide aux coproprietaires, aux syndics bénévoles et aux conseils syndicaux
  • : Vous ne savez pas ou chercher une information entre tout ce qui se dit. Vous cherchez un conseil, une solution, exposer votre problème ... J'essayerai de répondre à votre demande d'informations, d'éclaircir le problème Je ne suis pas avocat, je mets seulement mon expérience à votre disposition C'est gratuit
  • Contact

Auteur du Blog

Marie Antoinette DENOIS

Tel : 06 43 15 91 58

Mail : sos.syndic@orange.fr

 

 

Archives

10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 12:31

Les garde-corps et barres d’appui peuvent être des parties communes Les gardes corps et barres d’appui peuvent être des parties communes

En règle générale, les règlements de copropriété classent les garde-corps et les barres d’appui parmi les parties privatives.

En l’absence de stipulation expresse relative à ces éléments dans le règlement de copropriété, il convient alors de se reporter aux articles 2 et 3 de la loi n° 65-557 du 10 juillet 1965.

Aux termes de l’article 2 de la loi, sont privatives les parties du bâtiment et des terrains réservées à l’usage exclusif d’un copropriétaire déterminé. C’est donc la notion d’exclusivité qui permet d’apprécier le caractère privatif ou commun d’un élément de l’immeuble.

L’article 3 de la loi donne une liste des parties réputées communes parmi lesquelles figure le gros œuvre de l’immeuble.

Les tribunaux ont tendance à considérer que les garde-corps et les barres d’appui sont des parties privatives.

Toutefois, un arrêt de la cour d’appel de Versailles(1) a estimé que ces éléments sont des parties communes lorsqu’ils font corps avec le gros œuvre.

En conséquence, les charges relatives à leur réfection doivent être réparties entre tous les copropriétaires au prorata de leurs tantièmes, conformément aux dispositions de l’article 10 alinéa 2 de la loi n° 65-557 du 10 juillet 1965.

(1) CA Versailles ch. 4, 3e ch. 13 septembre 2010, n° 09/03946

Partager cet article

Repost0

commentaires